Avant d’aller à BarCamp, c’était facile de répondre quand quelqu’un me demandait ce que c’était: une rencontre de gens du web qui présentent leur projet tour à tour (une meilleure définition existe sur wikipedia). Mais en revenant, la définition était moins certaine.

Evan Prodromou en parle dans son compte-rendu de la journée:

Probably my best talk was with Sylvain and Martine about what the boundaries of BarCamp are. Why do we have talks about solo travel, digital photography, and lucid dreaming? Sylvain had a great answer: BarCamp comes out of the hacker ethic: that spirit of curiosity, humor, passion and playfulness that makes working on computers so enjoyable for so many. If someone can communicate that same passion and intellectual captivation with another subject, it’s going to go over well at BarCamp, no problem. Well said!

Comme Evan, j’avoue m’être questionnée quant à la validité d’une présentation sur les rêves lucides lors d’un BarCamp. Même si j’ai adoré la présentation de Moonlyn et celle de Madame Woo, j’ai été surprise par les sujets qu’elles avaient retenus. Après tout, j’étais venue entendre parler des experts à propos de sujets connexes au web et aux technologies. À mon humble avis, on ne peut pas être tout à la fois. À chaque événement son mandat. Mais je le répète, j’ai adoré ces deux présentations «hors-sujets».

Simon Law amène une autre réponse:

Nominally, there’s an Internet-technology feel because that’s what BarCamps around the world have traditionally done. But because Montréal has such a vibrant arts scene, we’ve also got talks that are about anything and everything.

C’est convainquant.

En terminant, je partage la plupart des commentaires positifs et négatifs émis par Evan au sujet du deuxième BarCamp de Montréal. Mon opinion diverge quant au volet de la participation. Je pense qu’empêcher les gens de venir entendre les présentations serait dommage. Pourquoi ne pas permettre à plus de gens curieux et intéressés d’assister aux présentations? Donner la parole à tout le monde pourrait être difficile compte tenu que les huit heures étaient déjà très remplies.

La question est peut-être de savoir si BarCamp souhaite rester un collectif fermé (au sens non péjoratif) ou désire plutôt s’ouvrir sur un public plus élargi, en dehors du réseau immédiat des organisateurs et collaborateurs-participants. Enfin, est-ce que BarCamp est fait pour moi, curieuse, mais pas experte? Un non aurait autant de valeur qu’un oui, ce n’est qu’une question de vocation pour un événement encore jeune et inspirant.


One Response to “BarCamp: pour qui et pour quoi?”  

  1. 1 The Montreal Tech League » Blog Archive » BarCampMontreal2 wrap-ups

Leave a Reply