Archive Page 4

J’ai encore franchi une règle dans le guide du bon usage de Facebook durant la maternité rédigé par Marianne Prairie et publié sur son blogue en mai dernier.

La première c’était de ne pas annoncer sa grossesse sur FB avant le 3e mois. C’est vrai qu’au départ c’était mon intention, au cas où, mais finalement je n’ai pas su résister au plaisir de partager notre bonheur. À la 9e semaine on a flanché! La famille l’a su en premier, évidemment, mais quelques jours plus tard, les amis FB pouvaient lire entre les lignes.

La deuxième règle, moins claire celle-là, et je cite:

L’ÉCHOGRAPHIE: Entre nous, est-ce qu’une photo d’échographie, c’est vraiment intéressant? Un portrait flou, en noir et blanc de quelque chose qui ressemble à un extra-terrestre?

C’est vrai. Qu’est-ce qui ressemble le plus à une photo d’écho qu’une autre photo d’écho? Mais bon… toujours dans la salle d’attente avant la prise deux de l’écho (il a fallu attendre que le petit être prenne la bonne position) le papa-to-be sortait déjà sont iPhone pour prendre une photo du petit pied. Puis arrivée à la maison, j’ai pris ma caméra à mon tour et j’ai publié ma photo préférée de l’écho sur mon mur. Si vite que ça et sans retenu!

Comment aurait-on pu faire autrement, nous qui « facebookons » sur tout et sur rien tout le temps, pour le simple bonheur de communiquer avec nos amis? Je me dis toujours que c’est très facile de skipper un statut qui nous ennuie.

L’échographie, c’est une étape importante dans la vie d’un futur parent et je crois que c’est ce que représente le mieux ces images, si similaires entre elles. Elles concrétisent le difficilement concevable: un être dans un être, un petit cœur qui bat vite, des petites jambes qui bougent avec vigueur, un pouce dans la bouche… Ce sont des images qui servent à méditer sur la beauté et la puissance de la vie. Et ce sont aussi des images qu’on peut ignorer en faisant glisser la souris.

Mais ce midi, promis je publie un statut pour vous dire qu’est-ce que je mange, vous parler de la température ou du nouveau projet sur lequel je travaille.

Et pour ce qui est des autres règles de bon usage, j’espère les respecter. Pour vrai, mais ça reste à voir…

(Encore une fois, merci Marianne pour ton blogue que j’aime beaucoup et l’échange d’idée qu’il permet.)

Lac Castor à l'aube (5h30)
Notre ouaouaron

Monter notre tente à la pluie à 23h vendredi soir, profiter du soleil, du lac et du kayak samedi, faire la découverte de Bernard Adamus le soir, s’endormir doucement sur les airs africains de Kubakayo (est-ce bien ça?) après avoir compté les étoiles, réussir à ne pas aller faire pipi durant la nuit, à l’aube capturer en image le ouaouaron qui nous a presque empêcher de dormir, profiter de la cuisine de nos amis pour éviter de se trouver pas bons à essayer de faire un feu pour faire griller nos toasts, cueillir deux framboises assez mûres, partir et dormir dans l’auto sur la route du retour.

Le vrai bonheur.

San Francisco!

07Jul10

Notre appart, en plein cœur de l’action, trouvé sur Airbnb.com.

J’ai toujours eu envie de visiter cette ville. Et voilà que le rêve prend forme. Nous y passerons trois semaines à partir de la mi-août. Trois semaines, c’est juste assez pour se poser, ne pas devoir courir partout tous les jours, de peur de manquer de temps pour voir ou goûter de nouvelles sensations.

J’en profiterai peut-être pour faire des vidéos ou écrire des histoires.

Si vous avez des incontournables à partager, allez-y!

Celui de Marianne Prairie, Moquette Coquette, qui raconte ses expériences de nouvelle maman et qui publie plein de jolies trouvailles, comme ce superbe mobile (j’en veux un!!!).

C’est par ici: Ce que j’ai dans le ventre

Le changement

07Jul10

IMG_1191

Ça fait longtemps que je ne suis pas venue raconter ma vie ici. Depuis les derniers six mois, il y a eu tellement de changements dans ma vie…

Quitter la ville pour la forêt, refaire mon nid, réapprendre à vivre à deux, troquer le métro pour la voiture, travailler de la maison, dire au revoir à mes collègues des 12 dernières années, commencer à boire du café décaféiné parce qu’un résident m’habite, incorporer une vraie compagnie, réorienter mon futur.

Parfois, j’ai l’impression de me tenir sur la pointe d’un précipice. Et je plonge! Enfin.

La semaine dernière j’ai du remplacer la petite phrase sur Facebook qui me définissait en tant que «La fille avec des lunettes qui fait des vidéos pour le web» par «La fille avec des lunettes qui fait des livres et des enfants». Ce n’est pas rien!

C’est un sentiment assez euphorisant que celui de faire naître deux bébés en même temps. Un fait de chair et l’autre d’imaginaire. J’espérais avoir des jumeaux, mais peut-être qu’au fond c’est un peu ça qui m’arrive.

On espère que les deux grandiront en santé et qu’ils nous apporteront des instants de bonheur. Qu’on saura tout leur donner pour qu’ils s’épanouissent.

Mais contrairement aux jumeaux, l’un devrait arriver avant l’autre. Cet automne, si tout va bien, on lance Caribou, une nouvelle maison d’édition créative, avec en tête l’objectif de publier du contenu et des histoires conçues pour iPad.

J’ai la chance d’être entourée de personnes formidables dans ce projet alors j’ai bon espoir que tout ira bien.

Et pour le résident, je fais tout pour le garder dans sa coquille jusqu’en 2011.

iPad

14Apr10

Je voulais dire allo à partir d’un iPad! Voilà, c’est fait!

Écorce
L'érablière
Mousse 1

Rien faire. Seulement regarder un peu plus.

Revenir te voir encore quelques fois. J’espère.

Image 12

Aujourd’hui, durant le trajet sur la 20 je discutais avec un ami à propos du travail et de la vie en général. Assise au volant, le regard attentif aux changements de voie des cowboys devant moi, ça m’a encore frappé. À quel point la route est utile pour faire le point sur plein de trucs.

Quand on voyage seul, on peut profiter du temps qui passe pour mettre de l’ordre dans ses idées. Mais à deux aussi. Et parfois ça se fait avec une question qu’on n’attendait pas.

Comme se faire demander si on a enfin déménagé. Quand la personne qui pose la question sait très bien que la transition a eu lieu depuis plusieurs semaines déjà. Ça surprend.

Mais c’est vrai qu’il y a une différence entre déménager ses choses et déménager sa tête. Entre emménager et se sentir chez soi.

Constat de mon Montréal-Stoneham, quelques semaines plus tard

Je n’habite pas encore la grande région de Québec, c’est vrai. Je dois encore aller sur Google Maps pour trouver mon chemin entre la maison et pas mal partout ailleurs qu’au centre-ville. En plus, je tiens mon volant à deux mains, mais bon, ça n’a rien à voir. Le métro me manque un peu, mais la route du retour est tellement magnifique. Quand tout le monde quitte la 73 Nord pour prendre la sortie du Lac Saint-Charles (je pense), j’ai l’impression que moi je continue jusqu’à bout du monde. Mon bout du monde c’est la fin de la 73.

Et rendue là, je me sens bien*.

*Je viens d’ajouter les catégories «Québec», et «Stoneham» sur ce blogue.


You are currently browsing the ::: Vero.b ::: weblog archives.